Graines de poètes 2016

Le concours Graines de poètes est un concours d'écriture de poèmes proposé à chaque élève du lycée. Ce concours de poésie se déroule en deux phases successives : les 5 meilleurs poèmes de l’établissement sont élus par un jury composé de personnel enseignant ou administratif, parents d'élèves ou journalistes, et ensuite le palmarès départemental, qui récompense les meilleurs poèmes.

Le jury final est composé de représentants des élèves, de partenaires culturels et d’acteurs locaux.
Article La Montagne. Tous les poèmes présentés sont regroupés dans un recueil illustré par les élèves qui paraît en librairie. La cérémonie de remise des prix aura lieu en mai 2016.
(Photo : Le jury départemental par M. Stavel de La Montagne)
Les cinq gagnants 2016 du lycée sont :
Greg Satel pour Dualité.
Quentin Mesquita pour Décadanse.
Noémie Hernandez pour Braver l'interdit.
Clément Delarbre pour Le pouvoir des fleurs.
Loïc Mennesson pour Une lettre, une femme, une utopie.
Le florilège 2016 du lycée est :
Juif d'Océane Bourguin.
Je suis seule d'Elise Mercier.
Nos histoires sont... d'Anaïs Perriot.
Au niveau départemental :
Le Prix Jeune Talent du département a été attribué à Clément Delarbre pour Le pouvoir des fleurs.
Le Prix Orphée, attribué au meilleur poème de l'établissement participant, a été donné à Quentin Mesquita pour Décadanse.

 

Poèmes primés :

 

Le pouvoir des fleurs

 

Tu es une fleur

Nul besoin de soleil

Pour garder ta douceur

Et briller sous le ciel.

 

Sous les blessures et les pleurs

Tu conserves ta lumière

Si près de la guerre

Des misères et de la peur.

 

Paris, je t’en supplie !

Résiste à tout ce mépris !

 

Il n’y a plus de corps, ni de sang

Gisant sur le sol de tes rues

De la salle du Bataclan

Ou de clients étendus.

 

Les larmes remplacent les armes

Le chagrin de chacun,

Les pleurs, par les fleurs

Les bougies, par la poésie.

 

Elle en a fait verser du sang et des larmes,

Cette tuerie immonde !

Mais les fleurs sont des armes,

Les plus puissantes du monde.                                                         

 

 Clément Delarbre, 2nde 3, lycée de Mauriac  

 

Décadanse

 

La vie, la mort, tout ceci n’est point important

 L’important n’est que ce que toi tu ressens,

 Maintenant :

 Le froid, la douleur, le chagrin.

 Et ce n’est que le début.

 Alors avance !

 Souffre autant que ton futur le voudra,

 Mais garde espoir

 Dis-toi juste que ce n’est pas ton heure,

 Mais qu’elle viendra…

 

Et si tu te trouves un jour face aux portes de la mort

 Relève-toi et marche droit…

 La fin arrive toujours à l’heure,

 Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut partir en avance

 Et si la peur commence à décider de tes choix,

 Alors reprends-toi !

 

 Tu ressens le poids de l’amertume, de l’injustice, de la colère

 Qui te gagne ?

 Alors dis-toi simplement que tu es vivant.

 La vie est un jeu, et à tout bon jeu, il y a revanche.

 

Quentin Mesquita, 2nde 3, lycée de Mauriac.

 

 

Merci à tous les élèves qui ont écrit des poèmes et qui ont donc dévoilé un peu de leur âme aux lecteurs...

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0